04/03/2015

totes lès régues d' ôrtografîye è walon / toutes les régles d'orthographe en wallon

1 Les règles de l' orthographe wallonne

 

 

1.1 Phonologie: les sons

  

§5 Tableau des voyelles, consonnes et semi-consonnes wallonnes*

  

Voyelles a; â; å ; aî; am; an; ån; au; e; é ; è ; ê ; ë ; em; en; én; eû; i; î; im; in; în; o; ô; om; on; ôn ; ou ; oû ; u ; û ; un 
Consonnes b ; c ; ç ; ch ; d ; dj ; f ; g ; gn ; gu; h; j; k; l; m; n; ng; p; qu; r; s; ss; t; tch ; v ; z
Semi-consonnes (ou semi-voyelles) w ; y

 

 

* Les lettres en italique représentent des sons confinés à un dialecte, une série de parlers ou un parler wallon.

  §6 Les voyelles (monogrammes et digrammes) en italique correspondent à des prononciations locales.  Dans le cadre de l’uniformisation de l’orthographe à la suite de l’unification de la langue wallonne, les formes, qui ne sont que des variantes d’un phonème, disparaîtraient, telles: å (est-wallon) remplacé par â ou au suivant les cas (voir  les autres dialectes) , ë (nord du centre-wallon) remplacé par i ou u suivant les cas (voir idem), én et în (ouest-wallon) pour in, ôn (nord du centre-wallon) pour ô.

 

§7 Le digramme étymologique , semblable au français ai, est un phonème.  Il permet ainsi de différencier Fraîre (le village de Fraire) de frére (frère) et taîre (taire) de têre (terre); etc. 

 Le digramme ån (sud-wallon) est limité au chestrolais (parler de la région de Neufchâteau).  Il correspond à on.  Il faudrait vérifier si ce son est bien un phonème.

 

 

1.1.1 Les voyelles

  

1.1.1.1 Les voyelles pures

  

§8 Monogrammes

  

a /a/ canada (pomme de terre) (CW) , marlatcha (freluquet) (EW), pourcha (cochon) (OW),  pas, bas,
â /a:/ diâle (diable), gâz (gaz)
å   (EW) son intermédiaire entre ‘â’ et ‘o’ (SLLW,1913,4): clå (clou), tåte (tarte, tartine), ploråde (pleureuse), lård (lard), pårt (part) (comme en danois: Aarhus; en anglais: hall)
è   sudjèt (sujet), procès, cafè
ê   ‘è’ long : infêr (enfer), tofêr (toujours, constamment), wêde (prairie, verger) (EW), têre (terre)
é   fé, té, fré, mér mais tchanter, vinez (EW) (quand /e/ sera suivi de 'r' ou'z' muets). Il représente aussi le ‘é’ long utilisé à Robertville (EW) et dans les environs (SLLW,1913,4): forné.
e   La graphie e s' emploie par analogie et ne peut jamais représenter un son: on-ome,... (voir plus loin 1.1.1.3 Voyelles muettes et 1.1.1.4 Voyelles instables)
ë   +- ‘eu’ de ‘peuple’ : (CW) C’est une voyelle sourde en Brabant wallon: djë so v’në.  Le parler de la région jodoignoise (centre-wallon) possède un 'e' représenté par ë (ou un ‘e’ surmonté d’un °) équivalent au ‘i’ et ‘u’ namurois: së l' tèri (sur le terril), lë sogneû (le soigneur), vënë (venir), iëte (passé), todë (toujours).Mais 'i' et 'u' gagnent du terrain." (Gaziaux,1982,XIV)cf ‘i’
i /I/ pitit (petit), mi (moi)cf ‘ë’ et ‘y’ français
î /i:/ nîve (neige), lîve (livre)cf ‘Y’ français (en fin de liste)
o   posse (poste), po (pour), tot (tout), spotchî (écraser)N.B. Le principe phonématique l’ emporte sur l' analogique dans: ossi (aussi), ostant (autant),  toria (taureau) (CW), sorèt (saur(et)). 
ô   (entre 'ô' et 'oû'): (cou), côp (fois), pôce (pouce), prôpe (propre), ôr (or(métal)), pôve (pauvre), ôte (autre)Ce son est un phonème, le 'o entravé' (Mouzon,1976,5).  Par exemple, on distingue 'pôce' (pouce) de 'pausse' (pâte).(4) cf aussi ‘au’. 
Et le « y » ?   le 'y' français =  i: mistére (mystère), Éjipe (Egypte) ou î: dj' î va (j’y vais), stîle (style)cf semi-voyelle y

           

 

 §9 Digrammes

 

eu   ‘eu’ de ‘peuple’ : (CW) meur (mur), comeune (commune), deur (dur), seur (sûr (aigre)), seu (soif); (SW) eune peume (une pomme), lu keurè (le curé), Keugnon (Cugnon) ; (OW) reu (cabine placée au milieu du bateau), feumiârd (braise non complètement éteinte) 
  ‘eu’ de ‘peu’ : nèveû, aveûle (neveu, aveugle) 
  (CW) son intermédiaire entre ‘é’ et ‘ê’: laîd (laid), maîsse (maître), vraî (vrai).Quand le mot français correspondant présente 'ai', ce digramme correspond à un phonème distinct de é et de ê : par exemple, 'paîre' (paire) et 'pére' (père), 'taîre' (taire) et  'têre' (terre).Cette graphie ne peut être bien sûr utilisée si le son est é /e/ :dans ce cas dans éle (pour  aile) et clér (pour clair) suivant la prononciation. 
au /o/ (CW): laurd (lard), paurt (part): quand il existe une correspondance 'â-au-å' (Wallo +, 19.., 14): le ‘â’ en EW, SW, le ‘au’ en OW, CW, le å en EW; il correspond très souvent au mot correspondant français contenant ‘au’ ou ‘a’: saucisse, baurîre (barrière), ... (cf cependant ‘o’, suivant la prononciation wallonne: ainsi, le principe phonématique l’emporte sur l’analogique dans: ossi (aussi), ostant (autant), toria (taureau), sorèt (saur(et))).(5)cf ‘ô’
OI   n’existe pas: wa, ou en wallon  
ou /u/ sou, timprou (hâtif, précoce)(EW), mourkiner (grommeler) (OW)  
/u:/ Oûte (Ourthe), ça boût (ça bout), noû (neuf)  
u /y/ lusse (lustre), bus' (bus)  
û /y:/ cût (cuit), bûre (beurre)  

 

 

1.1.1.2 Les voyelles nasales

  §10

‘an’ an tchant (chant), plan , grand, blanccf ‘ån’
  am +b/p djambe (jambe), tchambe (chambre), tchamp (champ)
  en, em conservés dans les emprunts au français: embêter, talent, pension, tension. 
‘in’ in quinze, intrer (entrer), vinte (ventre), vinde (vendre), tchin (chien)pwin (pain), mwin (main), fwin (faim): 'ain, ein, aim' en français;correspond à /e/ très fermé: tchén (chien) (Charleroi, Basse-Sambre, une partie du Brabant wallon et du nord de la province de Namur);correspond à /i:/ nasalisé (wallo-picard): tchîn
  im +b/p mimbe (membre), timbe (timbre), imbaras (embarras)
  én, ... (OW, CW) cf ‘in’Ce ‘é’ nasalisé est mi-nasalisé dans la région de Jodoigne: lén (lin), tchén (chien). (Gaziaux, Le parler de Jauchelette,XIII-XIV, s.d.)
  în (OW) cf ‘in’
‘on’ on bon, rond, long,  pont
  om +b/p ombe (ombre), tombecf ‘ån’
  ôn, ... (CW) (dans l’est du Brabant wallon) (ô mi-nasalisé) (Gaziaux, Le parler de Jauchelette,XIII-XIV, s.d.) cônp (sic) (fois), ônt (= (h)ôt : haut) 
‘un’ un alun, à djun (à jeun), pun (pomme) (OW) 
NB ån La région immédiate de Neufchâteau connaît un son 'an': "un son toujours bref, intermédiaire entre an et on" (Pierret, 1966,53)On l' écrira  'ån'. (Mouzon, 1976, 5)cf ‘on, ...’ et ‘an, ...’
  an.n/en.n/in.n/ on.n Pour plus de clarté, quand une voyelle nasale est suivie d' une consonne nasale, on utilise un point pour séparer les deux afin de bien montrer que la première consonne nasale n'est pas prononcée, mais qu'elle sert seulement à noter la nasalisation de la voyelle: an.nêye (année), pon.ne (peine), dozin.ne (douzaine), lin.ne (laine): ‘an’+/n /, ‘on’+/n/, ‘in’+/n/ .De même, pan.y  (‘an’+/j/): pain (Brabant wallon; Marche-lez-Ecaussines, ...) N.B. an' /...: quand 'n' ne forme pas groupe avec la lettre précédente: an'dîve (EW) (endive), an'tchous (salamalecs)(EW), chaskeun' (chacun) (EW).

 

  

1.1.1.3 Voyelles muettes (cf aussi 1.1.1.4 Voyelles instables)

 

§11 La voyelle muette finale -e s' utilise comme en français: pére (père), afiche (affiche), poye (poule), ...

 

§12 Les voyelles muettes à l' intérieur des mots

  ex.:

série 1 forme pleine forme diminuée
  diner (donner) po d'ner (pour donner)
série 2 forme pleine forme augmentée
  li stûve (poêle) (CW) one sitûve
  li rwè (le roi) nosse riwè
série 3 forme pleine -e-
  maçon       savon trawer (trouer) cûre/cût (cuire/cuit) macener  (maçonner)savener (savonner)traweter (percer de nombreux petits trous)cûtener (cuire à petit feu)

 

 N.B.§13 Dans la conjugaison verbale, l' apostrophe est conservée:   

polu (pouvoir) (CW) nos p'lans (nous pouvons) (CW)
dîre (dire) vos d'joz   (ou vos d’djoz) (vous dites) (CW)
volu (vouloir) (CW) vos v'loz (vous voulez) (CW)

 

 §14 .Elision de la voyelle finale (suivant la langue parlée):      - devant une V: si i  - s' i/ si on  - s' on : s' i vint; s' on vint  (s’il vient ; si (l’) on vient)-   devant une C: ‘si dji toume’  devient si dj' toume (SW) (si je tombe)

   

 §15 .Elision de la voyelle initiale (suivant la langue parlée) :      i ‘nnè va d’mwin (6) ; ‘l è-st-èvôye  (il part demain ; il est parti))

 

  

1.1.1.4 Voyelles instables

  

Voyelles épenthétique et prosthétique

  §16 - prosthétiques:  -V # s   +C                  -C # s +V+C  . ex.: (CW) li scole - dè l’sicole (lécole ; de l’école); po scrîre - po l’sicrîre (pour écrire ;      pour l’écrire); li spale -  one sipale (l’épaule, de l’épaule); i sét spaurgnî - i l’ pout spaurgnî (il peut épargner ; il peut l’épargner); do spès cafeu - dè l’ sipèsse sope (du café ‘épais’ ; de la soupe épaisse)   (EW) ine sipèsse nut’ (une nuit épaisse), i n’ sipågne nin sès pon.nes (il n’épargne pas ses peines);   (SW) la scole - do l' sucole; po scrîre - po l'  sucrîre;la spale - oune supale; i sêt spârgni - po l' supârgni; do spès cafè - do l' supèsse sope 

   (Francard,1981,171);

  . pas de voyelle prosthétique pour les mots d' introduction récente:    scapulêre, scârlatine, ...

 

 §17 - épenthétiques: dans la flexion verbale:  infinitif en -C + ler/rer     #  - présent simple    -Cèl/r...:                        /ner/ (Bast.)    futur simple  condit. présent  impératif présent   ex.: (SW) i duscopèle (séparer (des animaux) qui ont été couplés), i dobèle (il double), il infèlerè (il enflera), i râvèlerè (il ramassera avec un râble), ça c'pètèle (kipèteler, diminutif de kipèter (crevasser en tout sens); i mostère (il montre), i s' mâvère (il se fâche); i tikène (taquine), i kètène (picore), i sîzène  (il passe la veillée en compagnie de proches) (ibid.,175-177); (CW) i discopèle, ... ; (OW) Èl fourâdje poûfèle (le foin fait de la poussière) (de :  poûfler), …  (à Liège et à Namur: -ter: i platchetéye (il fait  des embarras), i tchafetèye (il bavarde)) 

 

 Voyelles caduques

 

 §18 - i/u:   . elles correspondent à des voyelles distinctes du point de vue étymologique:

   (CW) tch(i)via (cheveu), d(i)mwin (demain); (SW) tch(u)vè (cheveu), s(u)mwin.ne (semaine), d(u)pûs (depuis), d(u)mwin (demain)

   .dans certains préfixes: (SW)   d(i) / d(u)-: dimèrer (rester), diméy (demi) (SW: dumorer, dumèy);    c(u)-: (SW) cuchiri (déchirer complètement), cutwade (tordre en tout sens);   r(i) / r(u)-: r(i)tinde, r(i)vinde (SW: rutinde (retendre), ruvinde (revendre)) . dans certains pronoms et adjectifs à une syllabe:    dj(i) / dj(u) (je), l(i) / l(u) (lui), m(i) / m(u) (mon), ç(i) / ç(u) (ce), ...: po qui dj’ vègne, i s' tint bin, i l' mindje (pour que je vienne, il se tient bien, il le mange)

 

 §19 - è  :.dans p(è)tit, t(è)ni, v(è)ni, d(è)ner (SW) (ibid.,169-200) (petit, tenir, venir, donner) ;   tch(è)vau, tch(è)viron (OW) (cheval, chevron (charpente))  

 

 

1.1.2 Les semi-consonnes

 

 §20

Combinaisons avec le son /j/  
voyelle + /j/ 'y' Mayane, sayî, mèyeû, vôye, oûy, liyon (7)(Mariane, essayer, meilleur, chemin, œil, lion)
consonne + i + voyelle diâle, piède, via (CW), coutia (CW)(diable, perdre, veau, couteau); bia-mononke (OW) (oncle par alliance)li /lj/: milion,miliârd (million, milliard)
consonne + y + i, î, in  grawyî, consyî, paçyince (gratter, conseiler, patience)
en début de mot:'i' ièbe, iute (CW), ieû (CW) , ièsse (CW)(herbe, outre, eu, être), ieu, ieûs’, iun (œuf, eux, un) (OW) (8) 
Combinaisons avec le son /w/  stwale, rouwe, rouwale, pièrduwe (CW) (étoile, rue, ruelle, perdue)
N.B. 'oi' en français  =  'wa/wè': bwès, bwâre (CW)(bois, boire)

   

1.1.3 Les consonnes

  

1.1.3.1 Les consonnes simples

  

§21 Monogrammes

  

b /b/ pas de difficulté/p/ : Cependant, voir aussi assimilation pour aube, ombe, ...
c /k/ en début de mot, +a,o,u, consonne(s): ca, co, cûr, èco, cwade (CW) (car, encore, cuir, encore, corde);k dans les autres cas (et les dérivés): élèktrike, Bèljike, pârker  (parquer) (9)qu (qw) en début de mot (et par analogie au français):  quatwaze (EW) (14), qwinze (EW) (15), qwite (EW) (quite), one saqwè (quelque chose), saquî (quelqu’un), quékonk, saquants, poqwè (rem.10);cs ou ks /ks/: bocser, docsâl, acsègnî.cf ‘s’
ç /s/ La cédille s’utilise comme en français.De plus, ‘ç’ ’ remplace ‘ci’ (ou ‘çu’, ‘çou’) suivant la prononciation dans: C’èst ç’ qu’on vint d’ dîre. (c’est ce que l’on vient de dire.) Ce n’est pas le cas dans: qwè-ce qui c’èst?; comint-ce qui ça va? (qu’est-ce que c’est ? ; comment cela va-t-il ?).  Ici, ‘-ce’ correspond à ‘-èst-ce’ (*qwè èst-ce qui c’èst?; *comint-èst-ce qui ça va?).
d  /d/ pas de difficulté/t/: Cependant, voir aussi 1.1.6 pour ponde (EW) (peindre), plinde (plaindre), …cf ‘dj’
f  /f/ pas de difficulté Cependant, voir 1.1.6 assimilation.
g  /g/ g: gos',gâre (goût, gare) gu +e,i: guêre, guîye (guerre, quille)gz /gz/: '-x-'en français: ègzamin (examen)/k/ Voir aussi 1.1.6 assimilation pour bague, morgue, ...
h  /h/                         /X/  hover (EW) (balayer) ,haveter (EW) (râper légèrement)Le 'h' s' écrit même s' il n' est pas ou plus prononcé dans d'autres dialectes afin de préserver l' unité du wallon;'h' n' est pas écrit dans ome (homme) et awè (CW), aveûr (EW) (avoir, du latin 'habere') car il n' est prononcé dans aucun dialecte  /h/  (prononcé ordinairement dans l’ est-wallon)encore prononcé dans le sud-wallon, à Bertrix par certains témoins (Anselme, 1984,39); très faible dans: an lès (h)înét toutes (Pierret, 1966,54) ; à Bastogne: absence de liaison entre l'initiale et la consonne précédente dans: dès hèsses (des hêtres) mais /h/ est légèrement audible dans hèye (haie) (Francard, 1980); à Longlier: chez certains wallophones âgés: hosse ((je) hoche), duhawè (houer), dushintchè (Pierret,1984); à Léglise: le h- initial étymologique se prononce dans hâye (haie), heurée (hallier), hôrlé (talus); ne se prononce pas dans ouline (chenille), utchè (appeler); se fait encore plus ou moins sentir selon le locuteur dans (h)asse (hêtre), (h)oupe (Nicolaï,1987).  A Fosse-la-Ville (CW), on trouve un lieu-dit, Li Hièrdau sans élision mais on dit su L' Ièrdau avec élision, on hûlau ou on-ûlau (fusil à poudre à canon court, utilisé dans les marches folkloriques).  Le   phénomène d' amuïssement n' est donc pas assez achevé pour qu'on puisse toujours supprimer 'h' de l'écriture.  On y dit aussi dins lès  / hayes, dins lès / hièbes (dans les haies, dans les herbes). L' ach-Laut en est-wallon est représenté par 'h' en fin de mot ou de syllabe: l' ouh (EW) (la porte), bouhetê (EW) (étui à aiguilles); il faut aussi noter l' ich-Laut dans le sud de l'est-wallon à Lierneux/Vielsalm/Robertville écrit avec un 'ch': Chèrlot (hameau de Lierneux), châle  (échelle)  (que certains écrivent ‘hi-’) (SLLW,1913,5): ce ‘h’ est fortement aspiré et légèrement mouillé: cf aussi Vâ-d’-Chavan (Vaux-Chavanne)
j 

'j' de jars (F)

jenre, jènîye, Éjipe (genre, génie, Egypte); (EW-Verviers) grujale (groseille)comme ‘ch’ :  èponje (éponge) car en fin de mot, la sonore devient sourde. cf 1.1.6.
k  /k/ cf ‘c’cf ‘ks’
l /l/ pas de difficulté
m /m/ pas de difficultéVoir aussi les voyelles nasales.
n /n/ pas de difficultéVoir aussi les voyelles nasales.
p /p/ pas de difficulté
r /r/ pas de difficulté
s /s/          /z/ s, ss, ç, c comme en français: ossi, pinser, lèçon, çoci, lance (aussi, penser, leçon, ceci, lance):ç + a,o,u,ou ; voyelle + ss + voyelle; voyelle nasale + s + voyelle; c comme en français - t - ## en français /s/ =-c--ct -= -cs-  (ou -ks-) ex. atincion, acsion, pôrcion, pacyince (attention, action, portion, patience) comme en français:entre 2 voyelles: visite, cisia, gosète; dji cause, Moûse (visite, cisaille, ‘gosette’, je parle, la Meuse)cf ‘z’ et remarque 11.
t /t/ pas de difficulté
v /v/ pas de difficulté/f/  Voir cependant pour veuve, dji fieûve (CW), ... 1.1.6. (veuve, je faisais)
w /w/ pas de difficultécf semi-consonnes
X   n’existe pas en wallon
z  /z/  après une consonne: balziner (11) (lambiner au travail)cf ‘s’/s/: Cependant, voir aussi 1.1.6. pour do gâz (du gaz).

 

  

§22 Digrammes et trigramme

  

ch    chalèt (chalet)N.B. chèrveû (Ew) (serveur): ch- est une altération de si-: (Haust,1925,58) de même en EW: apontchèdje - apontièdje (préparatif)où ‘tch’ est une altération de ‘ti’; botchèdje – botièdje (blutage); tchèsse – tièsse (tête); djâle – diâle (diable); djèrin – dièrin (dernier)cf ‘tch’Voir aussi en anglais parlé (en US English): ‘I gotcha’ pour ‘I got you’; le néerlandais ‘meisje’ comme ‘kleintje’ venant de ‘meid + je’.
dj   le ‘j’ de ‘jack’ en anglais:èdjaler, djinti (geler, gentil)
gn   magnî (EW) (manger), sogne (soin en CW), clignète (OW) (clin d’œil)
gu /g/ cf ‘g’
ng   comme dans ‘ping-pong’: gli.ng'-gla.ng' (pendeloque); di.ng'ter (tinter) (in: HAUST-LEGROS,1948,XXVI)
qu /k/ cf ‘c’; qw- existe aussi comme correspondant liégeois: qwèri (EW) pour quèri (chercher); de même, qwê (chercher) (CW) pour qué (CW)
ss /s/ cf ‘s’
tch    le ‘ch’ de ‘chat’ en anglais : tchèt, tchivau (chat, cheval)cf ‘ch’
TH, PH, RH, CH   Les digrammes grecs et latins th, ph; rh, ch sont remplacés par t, f; r, c : tèyâte, filosofîye; ritme, Cris' (théâtre, philosophie ; rythme, Christ)

 

  

1.1.4 Consonnes muettes

  

1.1.4.1 Les consonnes muettes finales

 §23 . Elles sont écrites quand elles le sont dans le mot français correspondant:               long, assez, aîmoz, mi fis, pwîs... (long, assez, aimez, mon fils, puis)

 

 §24. Si la consonne finale est muette en français et prononcée en wallon dans le mot correspondant, on écrit une 'minute' (=   '    ) à droite de cette consonne:

               gos', cos', tos', awous', fris', dèlicat', nut'  (goût, coût, toux, août, frais, délicat, nuit) (ce n' est pas nécessaire pour stomak, aurmonak,... (estomac, almanach)). 

  

1.1.4.2 Les consonnes muettes à l' intérieur des mots

 §25 . Elles sont supprimées en général quand la consonne muette est semblable dans le mot correspondant en français:vint', pwès, dwèt - dwèté, batème, syince, sèt', rèspèt, timp (12)

(vingt, poids, doigt, doigté, baptême, science, sept, respect, temps)

  §26 . Elles sont supprimées quand la consonne écrite est double dans le mot correspondant en français:ratinde, flater, fème (atendre, flatter, femme)SAUF pour -ss-: assazin, rèsseler, assez (assassin, râteler, assez); pour  -ll- : èlle + voyelle: èlle a co l’ min.me auto, èlle ont (elle a encore la                                         même voiture, elles ont)

 

 

1.1.5. Consonnes géminées ( consonnes doubles)

 §26 Les consonnes géminées prononcées entièrement (dons pas -ss-) sont toutes deux écrites comme dans: addé /-dd-/ (près de), èlle /-ll-/ (elle), ènnè /-nn-/ (en), i môrrè /-rr-/ (il mourra), Anna /-nn-/ .

cf aussi: Qui vou-djdju dîre? (EW) (Qu’est-ce que je veux dire ?), i moûrreut (CW) (il mourrait), dji coûrrè (je courrai) (SLLW,1913,5); lès gngnos (les genoux), à Gngnape (à Genappe).

  

1.1.6 Assimilation

 §27 Comme en allemand et en néerlandais, on trouve une altération de la syllabe finale par 'Auslautverschärfung' ou l' assimilation: suivant le principe analogique ou étymologique, la forme initiale reste conservée:on pôve /-f/; on pôve /-v/ èfant; one pôve /-f/ djin; (un pauvre, un enfant pauvre, une personne pauvre)rodje /-t /; rodjeû /d /; aube /-p/; djudje /-d / (rouge, rougeur, arbre, juge).

 

1.1.7 Cas particuliers

 

§28 Particularités (suivant la prononciation)

vinez &  vinez' chal (EW) (venez et venez ici)      

 

i dit & di-st-i (il dit & dit-il)

quate &  quatre ans vî (quatre et qui a quatre ans)

il èst & il è-st-èvôye (il est et il est parti)

20:49 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.